La numérisation de l'Afrique est un des défis de la décennie 2020

La rentrée n’est pas au beau fixe pour l’économie numérique : les start-ups de nouveau aidés par l’État, des stratégies de contenus numériques peu efficaces, le continent africain à la recherche d’une transition numérique et des médias web en peine contre le géant Google. Retour sur quelques articles qui ont fait l’actualité digitale.

Transformation numérique


Un plan de relance pour les start-ups

On l’a déjà dit, l’économie de l’innovation pourrait être la grande perdante de la crise de la Covid 19. Malgré tout, le gouvernement français prévoit un plan de relance de 7 milliards d’euros pour les industries du numérique et les start-ups, sous la forme de participation aux levées de fonds. En les favorisant, l’idée est une nouvelle fois de miser sur l’avenir en espérant que l’une d’entre elles parvienne à se distinguer grâce à une croissance exponentielle et puisse être génératrice d’emplois. 3,7 milliards d’euros pour les start-ups et la souveraineté technologique dont 2,4 milliards sont dédiés aux technologies de rupture. Objectif : garder le cap des 25 licornes françaises prévues par Emmanuel Macron d’ici 2025. 2,3 milliards seront consacrés à la transformation numérique de l’État et des entreprises. Formation, inclusion, lutte contre la fracture numérique font partie aussi de ce plan de financement. Il s’agit de savoir si la mesure est exceptionnelle ou s’il n’est pas aussi dans les gènes des start-ups de fonctionner à coup de financement.

En savoir plus : Le plan de relance du Gouvernement consacre 7 milliards d’euros au numérique et aux start-ups

Afrique, terre du numérique ?

Pour se distinguer des autres continents, l’Afrique ne devrait-elle pas jouer l’atout numérique ? On le sait déjà, les travailleurs du clic qui likent, aiment, retweetent et commentent, se trouvent en partie là-bas. Mais existe-t-il l’opportunité d’en tirer un véritable bénéfice et de devenir créateur de richesse ? C’est ce que pense le président d’Orange Afrique Moyen-Orient, Bruno Mettling, dans un entretien accordé à African business. La transformation numérique « est une clé majeure, selon lui, pour donner à cette population l’accès au service d’éducation, de santé, de développement de l’agriculture… ». La numérisation ne passe pas seulement par la digitalisation des entreprises. La transformation numérique des territoires à l’horizon de l’année 2030 constitue déjà un énorme défi. L’ONU a exhorté ainsi les dirigeants africains à investir dans les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Cyber attaque contre le monde judiciaire

Personne n’est épargné apparemment. Le parquet de Paris a été victime d’une cyberattaque. Il vient de lancer une enquête préliminaire. Plusieurs personnes étaient visées dont le procureur de Paris, Rémy Heitz.

Médias Web


Les médias français contre Google

Malgré l’action des éditeurs français, Google continue d’outrepasser les droits voisins, ces droits qui permettent aux organes de presse d’être rémunérés dès lors que leurs contenus s’affichent sur le moteur de recherche. En avril dernier, l’Autorité de la concurrence avait exigé que ce dernier négocie sur ce terrain avec les éditeurs et les agences de presse. Il avait trois mois devant lui. Mais le géant numérique répond par un refus, prétextant qu’il offre aux éditeurs une visibilité telle qu’elle vaut rémunération. Seul changement : il a modifié l’affichage de ses actualités (seuls le lien et le titre subsistent). Le gendarme de la concurrence a de nouveau été saisi.

En savoir plus : Les médias français intensifient leur bataille contre Google

Image illustrant la diversité de médias français.

Les réseaux sociaux vont-ils influencer les élections américaines ?

La transformation digitale ne concerne pas que les entreprises. La politique est de plus en plus impactée à tel point que la polarisation médiatique des élections se situe désormais sur les réseaux sociaux qui remplacent la télévision. C’est le cas aux Etats-Unis. Dans le cadre de la campagne pré-électorale, chacun des candidats vient chercher sur tel ou tel réseau leurs électeurs potentiels. En 2016, la présence de Donald Trump sur Twitter avait pris de cours les autres candidats et sa posture très télé-réalité avait séduit les utilisateurs de ce réseau, ce qui lui avait valu en partie son élection. Désormais, le combat est acharné. En quatre ans, la fréquentation social-media est passée de 44 % à 54 % pour les adultes américains. Les réseaux sociaux ne sont plus un lieu d’interactions sociales, mais aussi de réception de l’information. Les hommes politiques ont intérêt à se passer des intermédiaires journalistes pour capter l’électorat. Pour suivre l’élection présidentielle américaine, inutile de surfer sur le New York Times, un coup d’œil sur Twitter, voir même sur TikTok, pourrait bien être plus instructif.

En savoir plus : Les réseaux sociaux éliront-ils le président ?

Editorial Web


L’influence typographique sur votre site

Bienheureux article de presse qui met à l’honneur le rôle de la typographie dans la production de contenus alors que tout le monde se focalise sur l’image. Ne pas oublier que le web, c’est 90 % de contenus. L’auteur de « Dis-moi quelle typo tu utilises, je te dirai qui tu es ». Un indice de son importance et de son impact symbolique : « À tel point qu’il existe aujourd’hui tellement de polices (qu’elles soient ou non libres de droits) qu’il est impossible de les dénombrer. Selon Google Font Analytics, c’est la police Roboto, créée par Christian Robertson et développée par Google comme police système pour Android, qui semble être la plus populaire. Elle aurait été consultée plus de 12 000 milliards de fois depuis sa création… Des chiffres vertigineux qui prouvent bien que, sans que l’on s’en aperçoive, la typographie est omniprésente et domine notre perception du monde. » Pensez à la typo avant la conception d’un site, car elle suggère beaucoup de ce que vous voulez dire à celui qui vous visite.

1mn30 arrête l’Inbound Marketing

Séisme pour les habitués du marketing de contenu depuis la fin des années 2000. Gabriel Dabi-Schwebel est le fondateur de l’agence 1min30 qui s’est distingué dans l’art d’agencer les contenus pour le plus grand bénéfice des entreprises. L’idée simple était de transposer l’art du publireportage sur le web à travers une méthode mêlant journalisme, marketing et vente : l’inbound marketing. Retournement à presque 360° pour celui qui croyait à la captation d’une clientèle par l’information plutôt que par la pub. Il revient en arrière, pour une raison très simple : l’absence de résultats. C’est on ne peut plus concret. Ne la rejetant pas totalement, il souhaite s’ouvrir à toutes les possibilités selon les cibles à atteindre. Il faut attendre les prochaines réactions, si elles suivent son élan pour juger si cette méthode marketing vieille seulement de 14 ans a encore de beaux jours devant elle.

Pour en savoir plus : Pourquoi j’ai arrêté de faire de l’Inbound marketing.