Logo de Thinkerview sur You tube

La chaîne YouTube Thinkerview fait aujourd’hui près de 500 000 abonnés alors qu’elle propose un format vidéo long, longtemps négligé par le vieux média télévisé. Depuis plus de cinq ans, le succès ne se dément pas et va croissant, preuve d’une nouvelle manière de concevoir l’entretien journalistique. Analyse.

Voir partie I

I- Thinkerview, un format paradoxalement révolutionnaire

Lire la suite >>>

II- Thinkerview, un traitement de l’actualité libertaire et éclectique

Lire la suite >>>

III- Thinkerview, à la recherche d’une ligne éditoriale

L’absence de ligne éditoriale

De questions en questions, d’interview en interview, le téléspectateur ne sait pas concrètement de quoi traite le média. Et si la ligne éditoriale a pour principal mission d’établir une cohérence éditoriale, on peut dire à l’inverse que l’incohérence généralisée n’assure aucune ligne. Cela paraît indigne d’un média, mais c’est propre à l’idéologie libertaire proche de l’anarchisme : celle-ci ne souhaite pas imposer de ligne de conduite au choix des sujets, laissant l’actualité et la qualité de l’intervenant – sa potentialité à délivrer de l’information et sa disponibilité – dicter la conduite éditoriale du média. Satisfaisant pour le premier cercle de geek ou pour les infidèles de You Tube se laissant dicter leur conduite par l’algorithme, en revanche, le deuxième cercle qui arrive mériterait d’être fidélisé. Sur leur site, le rubriquage des interviews (géopolitique, médias, internet, finance, terrorisme, environnement, société, sciences, politiques) forme des sous-onglets et non les onglets principaux. Pour cela, il serait nécessaire de ne pas tourner régulièrement autour des mêmes sujets et de faire en sorte que les entretiens qui se suivent construisent un propos d’ensemble. Mais cela perdrait la prétention d’une déconstruction. De là peut-être interroger s’ils sont précisément un média – s’ils d’ailleurs prétendent l’être : ils prétendent déconstruire sans l’intention de reconstruire. La cohérence éditoriale est, nous le pensons, l’une des clés de voute de la dénomination du terme média.

Il manque un blog

Cette absence de cohérence pourrait être comblée par l’écrit qui rédigerait des articles à partir des vidéos, une ambition tout à fait envisageable étant donné la longueur des entretiens. Cela permettrait, en tirant l’essentiel des propos, d’offrir une trame à l’ensemble, de permettre à Thinkerview de se construire en tant que média et de ne plus prêter le flanc aux critiques.
Son succès bouleverse le paysage médiatique français qui n’aurait jamais imaginé qu’un média réalisant des vidéos de plus de 2h30 puisse réaliser un si grand nombre de vues sans l’ombre d’une pub pour polluer l’entrevue. Cette belle prouesse, malgré les imperfections, servira j’en suis certain à la réinvention du métier de journaliste dans les dix prochaines années.