Logo de Thinkerview sur You tube

La chaîne YouTube Thinkerview fait aujourd’hui près de 500 000 abonnés alors qu’elle propose un format vidéo long, longtemps négligé par le vieux média télévisé. Depuis plus de cinq ans, le succès ne se dément pas et va croissant, preuve d’une nouvelle manière de concevoir l’entretien journalistique. Analyse.

Thinkerview n’avait pas vocation à devenir un média. On pourrait dire aujourd’hui qu’il en est un à l’instar d’un média traditionnel avoisinant sur le réseau social You Tube plus de 481 000 abonnés à la date du 26 novembre 2019 et faisant monter certaines de ses vidéos à plus de 850 000 vues (voir la très célèbre interview de Frédéric Pierruci : Alstom, la France vendue à la découpe ?).

Ce think tank a été créé en 2012, il se positionne d’abord comme tel (voir la fiche wikipedia Thinkerview), mais la force de frappe de ses interviews dont l’audience a été largement poussée par le mouvement des gilets jaunes, efface aujourd’hui cette dénomination originelle au profit de la marque média. Thinkerview, aux yeux de beaucoup, est donc une chaîne sur le réseau social You Tube, quoique les vidéos sont aussi hébergées sur un site à part (thinkerview.com) et sur une application, peu efficace de surcroît, et n’assurant pas la retransmission en direct de l’interview.

Avant de répondre à la question du bouleversement, nous allons dans un premier temps étudier le fond et la forme, le positionnement sémiotique ainsi que les intentions éditoriales voulues. Il y a ce que le média veut dire, le message qu’il tente de faire passer et ce qui le dépasse – et c’est souvent ce dépassement qui est le plus marquant, le plus significatif.

I- Thinkerview, un format paradoxalement révolutionnaire

Lire la suite >>>

II- Thinkerview, un traitement de l’actualité libertaire et éclectique

Lire la suite >>>

III- Thinkerview, à la recherche d’une ligne éditoriale

Lire la suite >>>