" "

Un des changements majeurs du papier vers le web pour les rédacteurs est la prise en compte du mot-clé en plus des règles essentielles de l’écriture. Le journaliste web ne doit pas seulement trouver l’angle, l’accroche, le titre, tous ces éléments qui nécessitent beaucoup d’inspiration. Il doit aussi trouver le bon mot-clé qui sera le fil conducteur de son article.

Se mettre à votre place

Pour qu’il le trouve, il a besoin de vous et de se mettre à votre place, il doit s’imaginer quel mot vous choisiriez  et taperiez sur votre moteur de recherche. Pour cela, il doit vous imaginer. Et pour savoir qui vous êtes, il doit s’appuyer sur la stratégie de communication de l’entreprise ou sur la ligne éditoriale du média. Déjà, si le site a bien été construit éditorialement, il devrait y avoir un ensemble de dix à quinze mots-clés structurant l’ensemble. Ces derniers ont été élaborés en fonction de la ligne éditoriale, de la cible, donc de vous.

Le mot-clé est un outil intéressant, non pas parce qu’il aide à améliorer le référencement naturel d’un site, ou parce qu’il jalonne le title, la meta-description, les titres (balise h1…) et le corps du texte, mais parce qu’il aide à se souvenir de vous, il aide les rédacteurs à se dire : est-ce que vous allez nous lire ? Comment ? Par quelle entrée ? Quand vous tapez un mot-clé, vous avez une  arrière-pensée, une idée de sujet, et notre article doit correspondre à cette arrière-pensée. Si ce n’est pas le cas, soit le choix du sujet était mauvais au cas où nous aurions préalablement choisi un mot-clé, soit le choix du mot-clé est mauvais au cas où nous aurions plus évidemment choisi le sujet d’article en premier. Quoiqu’il en soit, la concordance entre le mot clé et le sujet de l’article est indispensable. Ce choix-là déterminera notre rencontre.

Le placement de mots-clés

Ce n’est pas tout. Il faut ensuite l’écrire. Cette étape est la plus difficile, car il s’agit de le placer suffisamment de fois pour que le moteur de recherche s’en aperçoive et suffisamment peu de fois pour ne pas troubler votre lecture. Les articles du web abondent, surtout les experts du marketing, du “content marketing”, de l'”inbound marketing” où le vocabulaire est atrophié pour l’insertion d’un mot-clé. J’ai moi-même cédé à la tentation, pris par la course au référencement.

Connaître le mot-clé que vous allez rédiger est une étape indispensable. Le placer est ensuite une question de savoir-faire : il s’agit de ne pas abuser des mots-clés, d’être parcimonieux. Parfois, il est même conseillé d’écrire sans s’en soucier car si le sujet et le mot-clé sont étroitement mêlés, le terme viendra s’immiscer naturellement. C’est pourquoi les compétences d’un rédacteur web peuvent être très utiles à une entreprise souhaitant développer sa visibilité sur le web. Et sur cet article ? Quel mot-clé ? Et bien “mot-clé”, vous l’aurez deviné.