" "

Editorial web, les deux mots sont-ils compatibles ? Pourquoi existe-t-il une telle dichotomie entre le monde des lettres et celui de l’informatique ? Vous aurez remarqué que sur L’Écriture digitale, sont étroitement liés les mots « numériques » et « éditorial ». Nous considérons que l’éditorial a un avenir fructueux sur le web, dès lors que le primat de la technique aura été dépassé.

La plus-value du web, ce sont d’abord ses artisans

En effet, quand on vous tend aujourd’hui un PQR, vous l’associez facilement au comité de rédaction inscrit dans l’Ours, plus qu’aux imprimeurs. Vous retenez les différentes plumes qui incarnent la ligne éditoriale. Si vous approfondissez un peu, vous évoquez la mise en page, la police, l’empâtement éventuellement. En dernier lieu, l’image d’une imprimerie peut subvenir. Vous savez que le rôle des imprimeurs est indispensable, mais il n’a pas la primeur. La plus-value de la presse, ce sont d’abord ses auteurs, son contenu.

L’imprimerie est un outil, comme l’ordinateur. Le papier est un support de communication, comme Internet. Pourquoi le schéma n’est-il donc pas le même ? Quand je dis à mon entourage que je travaille dans le secteur du web, il associe directement mon activité au travail des ingénieurs du web en me posant cette question fatale : « Donc, tu crées des sites web ? ». « Non, je les exploite, je leur offre une identité éditoriale, je donne aux sites web des développeurs leur âme, je les anime, je leur donne vie. » Aux yeux de beaucoup, la plus-value du web, ce sont d’abord ces artisans qui construisent des sites et des applications et préviennent de leurs failles.

L’éditorial pris au dépourvu du changement

Lorsque l’imprimerie est née, les imprimeurs avaient la côte, ils surfaient sur l’image de Jean Gutenberg (XVe siècle), l’inventeur des caractères métalliques mobiles, une révolution pour la diffusion des textes et du savoir. Aujourd’hui, les développeurs bénéficient d’une même révolution technique et bénéficie cette fois-ci de l’aura de Tim Berners-Lee, l’inventeur du World Wide Web au début des années 1990. Dès lors qu’une révolution technique survient, les ingénieurs sont en ébullition, les inventions pleuvent, les licences explosent, le travail est remodelé, est réinventé… Nous vivons cette étape où s’ennoblit la profession du technicien, tandis que celui qui donne sens au support de communication, se trouve pris au dépourvu du changement.

Un retour croissant de l’éditorial

Toutefois, la révolution Internet a déjà vingt ans. Le support papier a bien été secoué, mais il est établi dorénavant qu’il ne disparaîtra pas tant il enraye le processus de désincarnation de l’écrit. Les journalistes, les écrivains, les spécialistes de l’éditorial, même les professeurs d’université commencent à apprivoiser le web et des entreprises comme la nôtre proposent de penser votre site comme un média avec une véritable stratégie éditoriale. Et puis, vous vous lassez de plus en plus des articles abscons que l’on trouve sur Internet, de la rédaction des pages web réalisée par des amateurs sous prétexte d’un bon référencement sur le web. La prise de conscience qu’Internet est d’abord un univers de contenus mis à la disposition de tous suppose de le mettre en forme, de telle façon qu’il en ressorte une information de qualité. Quelques chiffres montrent un retour du contenu et de l’éditorial sur le web :

  • 88% des entreprises B2B ont utilisé le marketing de contenu (content marketing : pour mieux comprendre voir notre article, Brand content, content marketing, inbound marketing : quelles différences, quelle pertinence ?) en 2016.
  • Un contenu écrit original est le type de contenu le plus important, au-delà des visuels et des vidéos (selon 58% des spécialistes en marketing).
  • Le contenu sur le web devient la première étape d’un vrai retour sur investissement (ROI).

(Pour plus d’informations, voir l’article : 50 faits sur le Content Marketing que vous devriez savoir en 2017)

C’est la première étape d’un vrai retour sur investissement (ROI), avant le webmarketing, avant la publicité, avant le web design : le lecteur internaute souhaite en réalité retrouver un contenu créatif et original dans une belle mise en page. C’est pourquoi les marketeurs misent aujourd’hui sur ce qu’ils appellent le content marketing à la place de la publicité jugée abusive sur le web. Ce content marketing ne saurait trouver sa pertinence sans une stratégie éditoriale du média web sur le long terme.