" "

Extraordinaire étendue des compétences que le rédacteur web, si l’on s’en tient à la somme des articles rédigés sur ce métier devenu indispensable aux agences de communication et aux entreprises. En effet, le rédacteur web est à la fois un scribe, un référenceur, un graphiste, un publicitaire, un webmarketeur, un animateur éditorial, un secrétaire de rédaction, un intégrateur de contenu… Qu’en est-il vraiment ?

Le travail d’écriture est déjà un temps plein

“Il doit maîtriser les techniques de référencement naturel (SEO), savoir utiliser tous les logiciels de création, notamment Adobe (Photoshop, In design).”

Voici les propos que nous avons pu lire sur le blog le Journal du CM (Les nouveaux métiers du web). C’est en partie vrai. Mais il est d’abord indispensable d’en revenir à l’essentiel : un rédacteur web est d’abord un rédacteur qui a une connaissance étendue de son support de communication, comme cela doit être le cas pour un rédacteur print. C’est un créatif des mots et non visuel comme le Journal du CM semble le souligner. On a souvent tendance à penser que le rédacteur s’intéresse à la diffusion alors que sa mission principale est de se soucier de la cohérence éditoriale des médias web. Le rédacteur web peut rédiger des articles mais pas seulement (voir l’article La rédaction web ne se limite pas à des articles) : il est en charge de tout un dispositif éditorial dans lequel il faut inclure autant le site web, que la newsletter, l’e-mailing et les réseaux sociaux. Objectif premier : faire en sorte que la ligne éditoriale d’ensemble soit respectée, que les objectifs de communication de l’entreprise soient atteints. Sous la houlette d’un Brand content manager (sans le jargon, on parle plutôt de rédacteur en chef web), il respecte la ligne éditoriale fixée et s’occupe exclusivement de mettre en oeuvre des textes de qualité, ce qui est déjà énorme. Il participe à la conception des sujets, procède à des investigations sur Internet, par le biais d’entretiens ou de reportages.

L’écriture est déjà un plein temps, surtout quand on sait que le web est d’abord et avant tout de l’écriture. Pour que le travail rédactionnel ait vraiment une efficacité sur les internautes, il doit être accompagné par celui d’autres compétences. Le référenceur (ou chef de projet SEO) va aider ses contenus à être vus, le webmarketer (ou traffic manager) va lui permettre de mesurer leur popularité, l’animateur des réseaux sociaux (ou le community manager) va lui permettre de les diffuser le plus largement possible, l’ergonome éditorial, l’intégrateur et le graphiste vont faciliter la lecture, la rendre agréable. De la même manière que pour le print, chacun est à sa place.

Les besoins des entreprises nécessitent la pluri-compétence

Cela semble évident, mais la réalité est tout de même moins simple, il faut l’avouer. Nous sommes ici dans un scénario idéal où l’entreprise a les moyens de s’offrir une pluralité de compétences. Dans le monde réel, les entreprises ont de plus en plus besoin des contenus pour leur visibilité web, mais rechigne à investir trop. Dans ce cas, il faut un rédacteur polyvalent, efficace dans son écriture, gestionnaire de ses contenus, sachant les populariser. Il est à la fois rédacteur web, rédacteur en chef, community manager, référenceur, webmarketer, un peu graphiste (capable en tout cas d’illustrer son contenu), ergonome et intégrateur.

Chaque métier compte. Mais tout acteur du web doit être un véritable couteau suisse, capable de s’adapter aux contingences de la communication. Le rédacteur possède donc ces autres talents mais sa grille d’analyse restera éditoriale, ce sera sa plus value. Nous verrons dans d’autres articles les métiers qui sont indispensables à la rédaction web.

Vous êtes de plus en plus d’entreprises à être dans une problématique de contenus pour vos médias web, n’hésitez pas à faire appel à nous contacter, nous saurons vous donner les bons conseils.