" "

La refonte d’un site web passe au préalable par l’analyse de l’existant. La dimension technique et esthétique n’englobe pas tout. L’analyse éditoriale est indispensable pour comprendre le parcours utilisateur et ne pas reproduire les mêmes erreurs.

La construction des sites Internet repose le plus souvent sur un travail graphique de qualité, mais ses concepteurs négligent parfois son éditorialité. Le visuel ne suffit à rendre un site ergonomique, encore faut-il que ce dernier ait du sens qui incite à l’orientation et à la direction. Ce sens donne de la notoriété autant qu’il facilite la vente.

Le mieux est de traduire ce besoin par un exemple. Le site récemment remis à neuf de la bibliothèque numérique de la BNF (Bibliothèque nationale de France), Gallica, montre la nécessité d’une ligne éditoriale préalablement construite malgré les exigences esthétiques.

Analyse éditoriale : l’exemple de Gallica

Gallica est un très beau site, bien construit (réalisé sur le CMS Drupal), ayant intégré le responsive design dans un projet design global. Il ressemble à un one page, les onglets du menu dirigeant vers la partie de la page désirée par le biais d’une ancre. Seul le footer (pied de page), particulièrement dense, nous conduit vers des pages différentes, avec l’enchaînement d’une série de liens. Le top menu est constitué d’un moteur de recherche pour nous acheminer vers les documents en consultation. Lorsque nous cliquons sur la droite du top menu, un nouveau menu s’ouvre depuis le haut, nous indiquant les liens externes en lien direct avec le site comme les réseaux sociaux.

Ce qui figure sur la page d’accueil est agencé de telle sorte que soit mis en valeur les différents visuels mis à la une d’une manière éparse et déconstruite. L’objectif est de faire de ce désordre l’apparence d’un antiquaire ou d’une librairie de livres anciens. De plus, l’accent est mis sur le rubriquage, avec la valorisation des actualités. A chacune des rubriques, l’objectif est d’extirper des vieilles archives numérisées de telle manière à ce qu’elle soit en concordance avec une certaine forme d’actualité. La ligne éditoriale serait de rendre présent au monde des objets anciens et enfouis. Nous sommes en plein storytelling, nous racontons des histoires sur des archives vieilles de plus d’un siècle.

Une biblitohèque, une librairie ou un antiquaire ?

Cependant l’actualité n’est pas un blog, mais le blog fait partie de l’actualité. Parfois ce peut être des coups de projecteurs sur un vieux visuel, parfois sur un livre. Cette prise de liberté apporte de la confusion éditoriale. Ce choix esthétique de ressembler à un vieil antiquaire désorganisé se fait au détriment d’une organisation éditoriale. Cela semble voulu. On aurait cru que l’objectif premier d’un site de cette nature serait de permettre à un internaute de se repérer dans une bibliothèque et de trouver le document qui l’intéresse, ce qui nécessite une organisation sémantique avancée, ce qui n’est pas le cas ici. Le moteur de recherche est peu visible et mal explicité, rendu explicite par les pictogrammes seulement. “Gallica” non plus n’est pas explicité : il n’est pas du tout évident qu’il s’agisse de la bibliothèque numérique de la BNF, d’autant plus qu’en découvrant le menu et le rubriquage de la page d’accueil, nous avons plus le sentiment d’avoir affaire à un site d’actualité sur les livres anciens. L’internaute se trouve en terre inconnu. En découvrant le footer, on a presque l’impression d’avoir un site dans le site, comme si le moteur de recherche de la bibliothèque était caché par un site d’actualité, cachant lui-même un… blog.

Deux possibilités d’explication s’offrent à nous :

  • Soit il s’agit d’une erreur d’appréciation : la charte graphique du site n’a pas été tempérée par une charte éditoriale afin d’éviter les incohérences. D’où les multiples confusions qui gènent l’internaute dans sa navigation.
  • Soit l’erreur est purement intentionnelle et il s’agit d’une ligne éditoriale décalée parfaitement assumée. Dans ce cas, la cible exclusive serait les habitués de la BNF, les initiés de la bibliothèque numérique et l’objectif de la page d’accueil, de cette actualisation des archives numériques, serait de rendre ludique cette visite et d’inviter l’internaute à se promener de page en page, d’une manière aléatoire – ce qui d’ailleurs est assez bon pour le référencement. Tant pis pour le novice ou le chercheur qui peinera à trouver ses marques, le but est de préserver un lectorat cultivé et fidèle qui a apparemment du temps libre à consacrer pour surfer sur ce nouveau moteur de recherche.

Nous pourrions dire encore plus sur ce site Internet, preuve en est de la pertinence d’une analyse éditoriale pour votre site, surtout si vous réfléchissez à sa refonte. Dans ces cas là, n’hésitez pas à faire appel à nos savoir-faire.